9.Dictionnaire

Petit dictionnaire de la linguistique de la langue des signes

 

 

 

Bilinguisme et LS : selon François GROSJEAN (2016)

https://www.facebook.com/RTSsignes/videos/1730772627207050/?fref=nf

 

 

Classificateur – n.m : Une classe ou famille de choses similaires peut être représentée par une seule forme de main. Cette forme de main peut avoir une fonction de pronom et elle sera appelée classificateur (CL). Elle peut également avoir une fonction de description, et elle sera appelée spécificateur de forme et de taille (SFT). Même si la forme de la main peut être la même dans les deux cas, les fonctions sont très différentes :

– Le CL a fonction de pronom (il remplace donc un nom, objet, animal ou personne, signé auparavant) et permet une économie dans le discours. Comme les pronoms, le classificateur remplace le référent, mais de plus il en montre la forme. C’est donc une sorte de “super-pronom”.

Exemples :      je l’apporte (quelque chose de long et épais) ; je le mange (quelque chose de petit et rectangulaire).

– Le SFT a fonction de description : il s’ajoute au signe exprimé pour mieux décrire sa forme, sa taille ; il a valeur d’adjectif

Exemples :      un serpent long, épais, et sinueux ; les feuilles allongées et pointues.

Source : Michel Girod et al. (1990). La langue des signes. Dictionnaire bilingue élémentaire. Volume 3, éditions IVT, Vincennes. Page 127.

 

 

Français signé – n. m. : Communication gestuelle qui utilise la langue des signes française (LSF) en suivant la syntaxe du français. Exemple : la phrase française « les enfants ont quitté la table » serait traduite en français signé : ENFANTS PARTIS TABLE. Alors qu’en langue des signes, ce serait : TABLE ENFANTS PARTIS. En effet, « l’ordre des signes est celui des événements ; il implique que les objets immobiles et préexistants précèdent dans l’ordre de l’énoncé les actants mobiles » (Virole et Martenot, 1996, page 429).

Source : Mélanie Hamm (2010/2012). L’apprentissage de l’écriture et de la lecture chez les personnes sourdes et malentendantes. Thèse de doctorat ès sciences de l’éducation, Université de Strasbourg, reproduite par l’Atelier National de Reproduction des Thèses (ANRT diffusion, « Thèse à la Carte »), de l’Université de Lille 3, de Villeneuve d’Ascq, juin 2012. Page 338.

 

 

Grammaire de la langue des signes – n. f. :

 

La syntaxe en LSF

Source : http://omnilogie.fr/O/Fais-moi_un_signe_!_Je_t’entends_mal…

 ACTEUR  ÉLÉMENT  ACTION  ou  ÉLÉMENT  ACTEUR  ACTION

 

Iconicité de la langue des signes – n. f. :

http://www.irit.fr/H-LSF/

A partir de 12:12 http://www.france5.fr/emissions/l-oeil-et-la-main/videos/christian_cuxac_engage_pour_le_signe_27-04-2015_778171

 

 

Langue des signes ou langue signée – n. f. : Système de signes gestuels d’expression et de communication commun à un groupe social particulier. Ce groupe se compose principalement de personnes sourdes ayant un accès plus naturel à la communication gestuelle qu’orale. C’est dans ce sens qu’on parle de « signeurs » ou encore de « communauté sourde » : il s’agit donc de la communauté linguistique qui pratique essentiellement la langue des signes pour communiquer. « Les signes, du fait même de leur visualité, leur [aux sourds] conviennent parfaitement et leur sont très vite accessibles – on s’en aperçoit chez les enfants sourds issus de parents sourds communiquant en signes : ces enfants émettent leurs premiers signes vers six mois, et disposent d’un vocabulaire gestuel étendu dès l’âge de quinze mois. Cette précocité lexicale n’engendre pas pour autant une précocité grammaticale : la grammaire des langues des signes est acquise au même âge, et de la même façon, que celle du langage articulé » (Sacks, 1989/1996, page 68).

Source : Mélanie Hamm (2010/2012). Op. cit. Page 342.

http://www.sourds.net/2016/02/17/a-la-une-conference-lsf/

 

 

Paramètre de la langue des signes – n. m. :

http://www.irit.fr/H-LSF/

 

Signe – n.m. :

“Des signes encore et toujours” (2016). L’Oeil et la main.

http://www.france5.fr/emissions/l-oeil-et-la-main/diffusions/11-04-2016_473117

Evolution de FACILE (2:00)

“Oh les jeunes, ils ne s’expriment pas comme nous, hein ! Et puis, ils signent trop vite” (2:21)

 

 

Signaire (vocabulaire) – n. m. :

 

 

 

Sourd [avec un S majuscule] – n. m. (terme des sciences du langage et de la sociologie) : A la suite des travaux sur la langue des signes du linguiste William Stokoe au début des années années 1960, introduites en France au début des années 1970 notamment par le sociologue Bernard Mottez, certains chercheurs préconisent d’écrire « Sourds » avec un « S » majuscule pour indiquer que la « communauté sourde » est une communauté linguistique et culturelle avec son histoire propre. Ainsi, le substantif « Sourd » avec un « S » majuscule fait référence non pas seulement à la condition physiologique de ces personnes, mais à l’appartenance à une communauté culturelle différente de celle des entendants. Il permet de « désigner les sourds en tant que personnes, en tant que réalité sociologique ou anthropologique » (Mottez, 1987/2006, page 91).

Source : Mélanie Hamm (2010/2012). Op. cit. Page 346.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.