5.G.Paroles

Paroles de personnes sourdes et malentendantes… et d’étudiants

 

 

https://www.facebook.com/ELEPHANTGroupe/videos/1069942563159624/UzpfSTcyNTYyNDcwNjoxMDE1NjQwNjIzMzUyNDcwNw/

https://www.arte.tv/fr/videos/067843-000-A/l-eloquence-des-sourds/

Virginie Delalande, avocate et sourde de naissance

Elle est la première sourde de naissance à être devenue avocate en France. Aujourd'hui, Virginie Delalande a un message à faire passer aux entendants…

Publiée par Brut sur Mardi 10 juillet 2018

 

 

Voir aussi : http://www.chardon.free.fr/MonDossier.php

 

Je vous remercie de m’avoir transmis ce programme. Je suis actuellement à Paris, j’étudie à l’INSHEA pour travailler dans l’accessibilité des lieux culturels à destination des publics en situation de handicap. J’aime beaucoup ce que je fais. J’espère que tout va bien pour vous. A bientôt j’espère.

Marion F.,INSHEA, M2 Accessibilité et accompagnement, 05.10.17

 

 

 

Cherchez des beaux pissenlits vous-mêmes, lisez, écrivez, signez autour d’un café ou thé. Ensuite, soufflez sur vos pissenlits. C’est ainsi que notre communauté signante s’affirme positivement en France. Alors à un prochain thé et café ensemble. En attendant, soyez les souffleurs !

Arnaud Balard, sourd, Echo Magazine, n°830, avril 2016.

 

 

Ce midi, on a fait notre réunion “handicap”. Thème du jour : “à quoi voit-on qu’on a accepté son handicap ?”. Du tac au tac, j’ai dit, “quand on ne se sent plus handicapé”…

G., 03.02.15, http://www.ritha.fr/

 

 

Je suis dans ma bulle.

Cyril Jonard, 2014, http://fr.wikipedia.org/wiki/Cyril_Jonard

 

 

« [Que feriez-vous en tant qu’orthophoniste, si l’on vous consulter pour un enfant sourd ?] Parler avec les parents… et l’enfant. Laisser “parler”, “écouter”. Encourager la LSF… et pour la rééducation : amener de la poésie ! Faire rêver, encourager, montrer qu’il peut aller loin (exemple d’Helen Keller…) ».

Marie B., étudiante en orthophonie, 11.10.16.

 

 

Ce film [Marie Heurtin] montre qu’avec beaucoup de volonté, de persévérance et de bonté, on peut aider des personnes considérées comme des cas désespérés, et que ces dernières pouvaient atteindre le bonheur malgré un départ difficile. C’est du coup une motivation géniale pour quelqu’un qui veut être orthophoniste. Ce film ouvre également les yeux sur plusieurs questions : celle du mal-être engendré par l’impossibilité de communiquer et/ou par le fait d’être différent. En effet, dans ce film, ce sont des enfants sourdes qui vont ostraciser une petite fille, car elle est sourde et aveugle.

Flora Petit, ex-licence 3 SCL, 11.02.15

 

 

 

« J’ai essayé de vous trouver à l’université sans succès. Je voudrais présenter mes excuses car je ne viendrai plus dans vos cours. Merci beaucoup pour l’accueil, ainsi que de m’avoir fait voir la similarité entre un étranger et un malentendant. C’est tout à fait vrai ; il y a des sons que j’ai du mal à entendre et forcément j’ai du mal à les reproduire. Je vais utiliser cette analogie quand moi-même enseigne le norvégien, l’anglais et le français aux étudiants qui ne l’ont pas comme leur langue maternelle. Très cordialement »

Sigrid, 19.09.15

 

_________________________________________________

 

SANROMA, Gérard (2010). L’amour au-delà du désert. Avec la collaboration de Johanne Sanroma. Edilivre, Paris.

(Conteur / formateur sourd profond de naissance)

 « Dans la vie de tous les jours, je ne sors pas sans mon stylo et mon papier pour communiquer. Les vendeurs ou les guichetiers ne me font plus “peur” : j’écris ! Mais bizarrement, quand j’ai commencé à être à l’aise comme ça, à en faire mon moyen de communication, je rencontrais toujours des personnes qui s’obstinaient à me répondre oralement et à me dire : “Pouvez-vous lire sur mes lèvres ?”. J’en ai eu alors assez de leur répéter que non, je n’arrivais pas à lire sur les lèvres, que c’était très difficile et que je n’étais pas médium. J’ai préparé une petite carte que je présente à chaque fois et sur laquelle j’ai écrit : “Vous demandez souvent aux personnes en fauteuil roulant de se lever et de marcher et aux personnes malvoyantes de voir les couleurs ?” ». Page 85.

« être sourd n’entraîne pas la souffrance. Mais l’absence de communication aisée, oui, une terrible. J’ai mis plus de 15 ans à enfouir la mienne, elle me colle à la peau, et refait surface à la moindre occasion. Mais grâce à elle, j’ai connu la résilience » Page 88.

 

_________________________________________________

 

BIEDMA, Roberto (2007). « Ca ne va pas être possible : TU ES SOURD ! ». Editions du Lys, Collection Brûlots, Saint-Louis.

(Formateur sourd profond de naissance)

Durant toutes ces années, nos relations se sont résumées à des malentendus. Actuellement grâce à la présence d’un interprète, ils me découvrent enfin tel que je suis ; une personne communicante. Il n’y a plus aucun obstacle linguistique entre nous. J’ai toujours été conscient de notre problème de communication, par contre je crois que mes parents ne s’en doutaient pas. Et c’est la raison pour laquelle j’ai fait appel aux services d’un interprète pour le leur faire comprendre, mais également afin de leur dire clairement tout ce que je n’avais pas pu partager avec eux, durant toutes ces années. 24.

Dans ma famille, personne n’a su ou n’a pu se préoccuper de mon sort. J’ai été obligé de m’en sortir tout seul, tout au long de ces années difficiles. J’y suis arrivé, il me semble, j’ai même créé une association pour la défense des droits des sourds. 25

C’était un boîtier d’où sortaient deux fils qui se terminaient par deux ampoules que nous devions mettre dans nos oreilles. Ce dispositif amplifiait des sons que je n’avais jamais entendus. Le lecteur pourra aisément imaginer l’épouvante que j’ai ressentie la première fois. J’entendais des bruits, des sons que je ne pouvais pas identifier. Personne n’avait jugé nécessaire d’expliquer l’utilité de cet instrument aux nouveaux venus. Nous devions le mettre un point c’est tout… 28.

C’était au cours de cette période, qu’une nouvelle élève de notre âge, est arrivée. Je crois qu’elle était d’origine marocaine. (…) Nous ne savions pas si elle était sourde ou entendante car elle parlait très bien et la prof pour cette raison voulait à tout pris nous persuader de notre capacité à parler comme elle. (…) D’attiser ainsi notre jalousie, ne nous faisait par parler plus rapidement, ni entendre mieux. Quelle fichue pédagogie ! D’autant plus que plus tard, j’ai appris que cette enfant avait été entendante, elle était devenue sourde à la suite d’une maladie… 37.

En classe, on nous obligeait à utiliser notre voix. Nous faisions naturellement tout notre possible, mais le niveau restait très hétérogène. 41.

On ne nous a pas suffisamment conseillé de lire des livres, ni suscité l’envie de lire le moindre ouvrage. On ne nous a appris les différentes formes de politesse. J’en avais quelques rudiments, mais je n’ai jamais sur qu’il fallait vouvoyer un adulte, ni la différence qu’il y avait entre le vouvoiement et le tutoiement. Et ce ne sont là que des exemples… On nous distribuait des listes de mots à apprendre et nous les apprenions bêtement par cœur. Nous n’étions que des photocopieurs ! Pendant les cours, les profs ne faisaient que parler. Si nous avions par hasard des questions, ou des remarques à faire, elles n’étaient jamais les bienvenues. Les profs nous demandaient instamment de les remettre à plus tard… plus tard… plus tard… 110

Les profs évaluent le nombre d’illettrés chez les sourds à quatre-vingt pour cent. A mon avis, il serait plus juste de dire qu’il y a quatre-vingt pour cent d’échec à mettre sur le compte de cette méthode d’enseignement pédagogique : l’oralisme. Lorsque j’entends que les profs formés à l’enseignement des sourds sont pompeusement appelés « profs spécialisés », je me marre ! 112.

_________________________________________________

 

 

« Parfois, je me pose la question si les parents m’avaient accompagné dans mon apprentissage de la lecture et de l’écriture, est-ce que je lirais plus ? Ils ne m’ont jamais accompagné dans mon parcours scolaire. Ma mère ne connaissait pas la langue des signes, elle était coincée quand elle essayait de communiquer avec moi. À table, on n’échangeait pas. Mon frère entendant et mes parents parlaient alsacien entre eux. Il n’y avait aucune communication avec moi, je prenais mon plat et me mettais devant la télévision. C’était déjà difficile d’apprendre le français mais s’il avait fallu que j’apprenne encore l’alsacien ! Je ne connais qu’une seule expression alsacienne : “Lass mich los” [“lâche-moi”] ». Frédéric, sourd profond de naissance, 2015.

 

 

« Oui, [j’aimais l’école] mais c’était dur, c’était beaucoup de souffrances. Tous les matins, avant d’aller à l’école, j’avais mal au ventre. Chaque année, je demandais à mes parents d’aller dans une école pour sourds. Ma mère me répondait toujours : “Réussis d’abord cette année, après on verra”. Comme je réussissais chaque année, je ne changeais pas, mais tous les ans, je demandais à aller dans une école pour sourds ! ». Caroline, sourde profonde de naissance, 2015.

 

_________________________________________________

SHEA Gerald (2015). La vie malentendue. J’étais sourd et je ne le savais pas.

(Avocat, malentendant de naissance)

« Vous entendez parce que vous entendez quelques voyelles, parfois beaucoup, que vous lisez sur les lèvres et vous servez de vos méninges ». 14.

« Et vous bossez plus que les autres parce que votre vie n’est qu’une grande traduction ». 14.

« Pour moi, les paroles étaient une énigme, une énigme dont j’imaginais que tout le monde devait la percer : un exercice que nous devions tous pratiquer pour comprendre le langage parlé des autres. Je devais vivre dans cette idée, y croire, pendant près de trente ans ». 24.

« J’écoutais ces non-sens ». 32.

_________________________________________________

KNAEBEL, Geordes (2001). Brouhaha.

(Enseignant à l’Institut d’urbanisme de Paris, malentendant de naissance)

« J’ai tendance à répondre en retard. Il y a toujours cette seconde, ce moment si court entre la fin de votre phrase ou de votre mot, et l’instant où je comprends, et pourtant si long, parce que je vois sur votre visage que vous attendez de moi un signe pour repartir dans une direction ou une autre (…) ». 52.

 

_________________________________________________
 

LE BRETON, David (2015). Du silence. Métailié, Paris.

 

Quant au mutisme, il est une manière offensive de se taire, il traduit le refus d’entrer dans l’échange, la souffrance de ne pas y trouver sa place : mutisme électif des enfants de parents migrants ou de l’autiste, ou encore de personne traumatisée qui refoule une parole risquant de charrier la mémoire de l’événement. 22.

 

 

Silence de l’enfant

Le silence, et encore plus le mutisme, là où l’on s’attend à une participation langagière, surprend et anéantit la sécurité de la discussion, et même le lien social (…). 64.

Les mouvements d’impatience provoqués à son insu par l’enfant mutique soulignent l’importance du langage dans les représentations de l’humain normal et l’ampleur de la rupture introduite par celui qui pourrait, et même devrait parler, mais choisit de se taire, ou se voit dans l’impossibilité d’user d’une parole comme s’il tournait ironiquement le dos à l’espèce. 65.

La crainte du mutisme de l’enfant se traduit dans certaines sociétés par une intervention symbolique à sa naissance en « coupant le filet » de la langue avec un ongle ou en y passant le doigt. La mère s’en charge, mais parfois, selon les régions, ce sont les accoucheuses ou les sages-femmes qui procèdent à l’opération d’un geste efficace ou ailleurs, le barbier avec un couteau ou un rasoir. Van Gennep date du premier quart du siècle la disparition de cette coutume. En libérant symboliquement la langue de l’obstacle de chair qui risquerait de l’entraver on œuvre à la possibilité de la parole. G. Charuty (1985, 123) relève que le déliement de la langue est suivi peu après par la cérémonie du baptême qui parachève le façonnement de la parole à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.